L'Etat à la rescousse d'Air France mais pour quelles contreparties?

Air France-KLM obtient une aide de 7 milliards d’€ d’aides publiques sous forme de prêts bancaires garantis par l’Etat et de prêts directs. Si ça peut permettre de sauver des emplois tant mieux... Mais quelles seront les contreparties et avec quels moyens de sanctions?

L'année dernière Air France a annoncé vouloir compenser les émissions de ses vols intérieurs, notamment en finançant la plantation d'arbres ou encore en mettant en place un plan de protection des forêts. Une volonté louable mais l’enjeu est avant tout de réduire les émissions avant même de vouloir les compenser. Il n’y a pas de magie, une compagnie aérienne respectueuse de l'environnement est une compagnie qui limite son activité et qui réduit donc mécaniquement sa rentabilité. Un vœu pieux dans un contexte de concurrence internationale entre compagnies. En 2018, 4,3 milliards de passagers ont embarqué sur l’une des 1 300 compagnies aériennes. C'est tout le modèle du transport aérien qu'il nous faut repenser. Injecter de l'argent public pour sauver des entreprises dont le modèle économique est complètement inadapté au monde de demain consiste à remplir le tonneau des Danaïdes. Un nouveau monde avec les recettes de l'ancien, vivement demain...



Posts récents

Voir tout