L’offensive chinoise sur les ports européens s'accélère.


© LOUISA GOULIAMAKI/AFP


Après la concession de 99 ans accordée à l'entreprise China Merchants Port Holdings sur Hambantota, un des principaux ports au Sri Lanka, en échange de l’effacement d’une dette colossale; l’acquisition du port du Pirée en Grèce par le premier armateur chinois Cosco, de l’entrisme chinois dans les ports italiens notamment ceux de Gênes, Tarente et Gioia Tauro; c’est désormais au tour de l’Allemagne de céder aux milliards chinois avec la vente partielle du port de Hambourg au groupe chinois Cosco. Trait d’union entre l’Europe du sud et l’Afrique du nord, la Méditerranée est devenue la pierre angulaire de la stratégie chinoise des Nouvelles Routes de la Soie.

L’offensive chinoise sur les ports européens n’est donc plus un fantasme. En effet désormais la Chine contrôle plus d’un dixième des capacités portuaires européennes et n’entend pas s’arrêter en si bon chemin en accélérant notamment ses investissements dans les terminaux à conteneurs dans les ports européens. Prise en étau dans la bataille du gaz entre la Russie et les Etats-Unis et dans celle des semi-conduteurs entre les Etats-Unis et la Chine, le jeu de go chinois dans les ports européens met de nouveau l'Europe à l'épreuve.

Article à lire : Scholz critiqué pour un projet de vente partielle à la Chine du port de Hambourg (lefigaro.fr)

Posts récents

Voir tout