Pékin durcit son contrôle sur ses géants de laTech



La Chine tente depuis deux ans de reprendre le contrôle sur les BATX Ces puissantes entreprises de la Tech. Elle a multiplié les règlements avec la mise en place du PIPL (« Personal Information Protection Law »), la grande loi chinoise de protection des données à caractère personnel calquée sur le modèle du #RGPD européen. Avec le #PIPL le Parti communiste chinois s’est doté de la loi la plus stricte au monde en matière de sécurité des données personnelles qui impose notamment aux sociétés étrangères et chinoises de:


- Se plier à des contrôles de sécurité extrêmement strictes (vérifications périodiques pour assurer le respect de la loi)

- Certifier leur matériel informatique.

- Stocker les données personnelles de leurs utilisateurs sur des serveurs basés en Chine.

...


En juillet 2021 la Cyberspace Administration of China (CAC), le principal organisme de réglementation du cyberespace lançait une procédure à l’encontre du géant chinois Didi Global Inc (DIDI.N) pour violation présumée de la vie privée des utilisateurs.

A la même période le ministère de l'Industrie et des Technologies de l'information chinois avait également lancé une procédure à l’encontre de 43 applications - dont WeChat détenue par Tencent, Alibaba ou encore iQiyi - pour transfert illégal des données utilisateur.

Alibaba avait écopé d’une amende de 2,3 milliards d’euros pour pratiques anticoncurrentielles.


Les autorités chinoises ont donc décidé de serrer la vis afin de ramener les entreprises chinoises et étrangères de la tech dans le cadre défini par le parti communiste. Il y a quelques jours l'Administration chinoise du cyberespace a ainsi publié une liste décrivant la façon dont les géants de la tech devaient utiliser leurs algorithmes. Les entreprises Alibaba et Douyin sont particulièrement visées.