BlackRock et Vanguard, les Nouveaux Maitres du Jeu.


Illustration: Kevin Hong



Souvent présentés comme la main invisible du marché les Big Three - BlackRock, Vanguard et State Street - sont au cœur de tous les fantasmes. Leur pouvoir inquiète au moins autant que leur influence grandissante au sein des banques centrales et des Etats. On les retrouve souvent dans les mêmes galaxies d'entreprises convoitant les mêmes cibles. Pour les trois plus grands fonds communs de placement au monde la propriété commune - propriété simultanée d'actions dans des entreprises concurrentes - est devenue la règle et non l'exception. S'il est difficile de mesurer leur réel pouvoir on peut raisonnablement affirmer que jamais des fonds de gestion n'ont atteint une telle taille et exercé pareille influence. Pour mieux comprendre cet environnement il convient d'expliquer en quoi consiste le métier d'un gestionnaire de fonds. Pour faire simple, ils sont chargés par leurs clients, qui vont du petit épargnant à l’investisseur institutionnel, d’investir les sommes placées et de les faire fructifier sur différents placements en Bourse.

Arrêtons-nous quelques instant sur les différents métiers de ces fonds en prenons comme exemple le premier d'entre-deux - Blackrock - dont l'activité se divise en quatre :


Gestion passive : Elle vise à répliquer, pour le compte d'investisseurs l'évolution d'un indice de référence ( ETFs, Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières non cotés)

Gestion active : Elle tente d'identifier les tendances, les secteurs et les titres sous-évalués dont le potentiel est supérieur aux perspectives de croissance du marché. Cela inclut des investissements alternatifs (Private Equity)

Conseil : Comme son nom l'indique cette activité vise à conseiller des institutionnels, des Etats...

Services technologiques : Servicestechnologique de pointe développés pour la gestion des investissements et des opérations financières.


Peu connu du grand public Blackrock est un investisseur puissant, mais discret.

Son fondateur Larry Fink, surnommé le roi de Wall Street, a su construire en 25 ans un véritable empire de la finance. Accusé de tous les maux. admiré par les uns détesté par les autres Larry Fink n'en a que faire et se voit comme la nouvelle conscience de Wall Street désireux de panser les plaies causées par l'ancien monde plaidant même pour un capitalisme vert et plus soucieux du bien-être des salariés. Féminisation des conseils d'administration, neutralité carbone, diversité, dans sa traditionnelle lettre annuelle aux dirigeants d'entreprises Larry Fink incite presse des dirigeants d'entreprises à faire de ces sujets une priorité pour ces prochaines années. Un discours décrit comme "extraordinairement hypocrite" par le milliardaire Samuel Zell qui pointe les nombreuses contradictions de BlackRock et des ses dirigeants.

L'irrisistible ascension des fonds de gestion


Au moment de la crise financière de 2008, l'industrie de la gestion d'actifs était à la fois plus petite et beaucoup moins concentrée qu'elle ne l'est aujourd’hui. Avec leurs myriades de participations acquises dans des grandes entreprises la domination de BlackRock et Vanguard a entraîné au fil des années une concentration inédite du pouvoir économique.

BlackRock et Vanguard pèsent de plus en plus au sein des assemblées générales et jouent désormais un rôle important dans l'élaboration des décisions d'investissement. L'excellent livre Trillions : How a Band of Wall Street Renegades Invented the Index Fund and Changed Finance Forever du journaliste du Financial Times Robin Wigglesworth explique de manière remarquable l'avènement de l'hégémonie des fonds indiciels et la manière dont cette industrie s'est transformée au cours de ces quinze dernières années,

Les milliers de milliards de dollars d'actifs qui font les beaux jours des Big Three proviennent principalement de gros investisseurs mais aussi de millions de petits épargnants. Dans cette course au gigantisme c'est Blackrock qui mène la danse. Mieux que les autres acteurs du marché Blackrock a compris que la gestion de placements est grandement tributaire de l'information. En développant son propre outil de gestion global d'actifs (Aladdin) basé sur un système d'évaluation des risques Blackrock conseille ou déconseille certains placements en minimisant le risques. Ce logiciel qui réalise chaque mois des milliards de calculs donne à Blackrock un avantage sans pareil sur les autres fonds.

Si Vanguard occupe la deuxième place en termes de gestion d'actifs le rythme pour rattraper BlackRock a été fulgurant ces dix dernières années à tel point que certains analystes imaginent Vanguard sur la première place du podium dans quelques années. Les deux fonds dominent également le secteur des ETFs. Depuis le rachat la filiale d’investissement de la banque britannique Barklays le géant Blackrock a doublé le montant de ses actifs et s’est lancé dans la commercialisation d’ETF (Exchange trades funds) permettant aux petits investisseurs de ne plus acheter simplement des actions individuelles mais la valeur d’un indice boursier. En moins de 10 ans Blackrock et Vanguard sont devenus le deux plus gros pourvoyeurs d’ETF.

Pour se rendre compte de l'importance de ces fonds dans le monde économique et financier prenons quelques chiffres et ils donnent le tournis.

Ensemble, BlackRock (10 000 milliards de dollars), Vanguard (8000 milliards) et State Street (4000 milliards) gèrent plus de 22 000 milliards de dollars, c'est à titre de comparaison plus que PIB américain. Si on y ajoute les fonds Charles Schwab et Fidelity le montant des actifs sous gestion détenus par les cinq plus gros fonds américains est supérieur à 25.000 milliards de dollars, c'est plus que tous les fonds souverains réunis et plus de quatre fois le secteur mondial des hedge funds.

Les 20 000 milliards de dollars d'actifs gérés par Blackrock et Vanguard représentent un cinquième de 100 000 milliards de dollars d'actifs de toute l'industrie mondiale. Les fonds State Street, Vanguard et BlackRock sont désormais actionnaires de 88 % des entreprises du S&P500 (indice boursier basé sur 500 grandes sociétés cotées sur les bourses aux États-Unis) et pour 40% de ces entreprises ils en sont les premiers actionnaires.

Une analyse publiée dans la Boston University Law Review en 2019 estime que les Trois Grands pourraient contrôler jusqu'à 40 % des votes des actionnaires du S&P 500 d'ici quelques années. Dans le Wall Street Journal Jack Bogle - fondateur de Vanguard - déclarait en 2019 peu de temps avant sa mort « Si les tendances historiques se poursuivent, une poignée d’investisseurs institutionnels géants détiendront un jour le contrôle des votes de pratiquement toutes les grandes sociétés américaines ».

Les Big Three au coeur de l'industrie mondiale


Distribution pharmaceutique, Média, Banque, Immobilier et hôtellerie, Aéronautique, Tech, Agroalimentaire, Automobile, Armement, ou encore Energie tous les secteurs sont concernés. Les trois gestionnaires de fonds possèdent des participations dans :

Apple, Microsoft, Aramco, Goldman Sachs, ExxonMobil, General Electric, Coca-Cola, American Airlines, Delta et United Continental, JPMorgan, Wells Fargo, Mosanto, Bank of America, Citigroup, Pfizer, Walmart, Moderna, Johnson & Johnson, Google, Twitter, Dell, IBM, Time Warner, Comcast, Disney, News Corp, Sony. SAP, Pepsico, American Express, Amazon, Samsung, Salesforce, Tesla, Huawei, Tencent, Walmart, Boeing, Airbus, Rheinmetall, Lockheed martin, BAE Systems, Kellogg, Nestlé, Unilever, KraftHeinz … et dans des milliers d'autres entreprises notamment de nombreux fleurons du CAC 40!


Entrons dans les détails

• Facebook : Vanguard et Blackrock sont les deux premiers actionnaires, State Street Corporation est le cinquième.

• Apple : Les quatre principaux investisseurs sont Vanguard, Blackrock, Berkshire Hathaway et State Street Corporation.

• Microsoft : Les trois principaux actionnaires sont Vanguard, Blackrock et State Street Corporation.


• Pepsi Co : Les participations de Vanguard et Blackrock représentent près d'un tiers de toutes les actions.

• Coca-Cola Co : Trois des quatre premiers actionnaires de Coca-Cola sont identiques à celui de Pepsi : Vanguard, Blackrock et State Street Corporation.


• Ford et General Motors ont tous deux comme premier actionnaire Vanguard.

On observe le même phénomène avec les "Big pharma" (Pfizer, AstraZeneca, Moderna). Vanguard est le premier actionnaire de Pfizer et Johnson & Johnson et le troisième de Moderna. Blackrock est également actionnaire de chacune de ces entreprises.


Le CAC40

Selon les calculs d’Euronext BlackRock pesait en 2020 à lui seul 2,4% de l’ensemble l’indice du CAC40, soit plus que l’Etat français et ses 2,2%. Vanguard pèse de son côté à 2,1%.

Les grandes familles Arnault : 6,9%, la famille Hermès : 3,5% et Bettencourt Meyers : 3,2% pèsent plus de 17%.

Le DAX (Bourse de Francfort):

Vanguard et Blackrock sont là encore extrêmement présents dans l'actionnariat des 4 plus grandes entreprises allemandes :


• Volkswagen : Les trois premiers actionnaires sont : QIA (Fonds souverain du Qatar), Vanguard et Blackrock.

• Daimler (Mercedes Benz) : BAIC groupe étatique chinois (1er) actionnaire, Geely groupe automobile chinois (2e) actionnaire, Blackrock (6e) actionnaire.

• Allianz : Vanguard et Blackrock sont respectivement (2e) et (4e) actionnaire.

• SAP : Vanguard (4e) actionnaire, Blackrock (8e) actionnaire.


Le FTSE350 (Bourse de Londres)

Les trois fonds américains sont présents dans 4 plus grandes entreprises du Royaume-Uni :


• Shell : Blackrock (2e) actionnaire : 1,79%, Vanguard (3e) actionnaire : 1,78%

• Unilever : Blackrock Fund Advisors (1er) actionnaire : 4,34%, Blackrock Investment Management(2e) actionnaire : 3,87%, Vanguard (3e) actionnaire : 3,20%

• HSBC : Vanguard (2e) actionnaire : 3,21%, Blackrock (3e) actionnaire : 3,08%

• AstraZeneca : Blackrock (2e) actionnaire : 3,52% Vanguard (4e) actionnaire : 3,08%


En Afrique:

Le continent ne fait pas exception à la règle. Dans les 10 plus grandes entreprises africaines on retrouve là encore très souvent BlackRock et Vanguard.


• Firstrand Limited (Afrique du sud) Vanguard est le 3e actionnaire Blackrock le 5e

• MTN : Vanguard (4e)

• Steinhoff : Vanguard (2e) actionnaire Blackrock (5e)

• Vodacom group Vanguard (4e) Blackrock (5e)


Le même phénomène est observable au Brésil avec Petrobras première capitalisation boursière (Vanguard 2e actionnaire), en Italie avec Generali deuxième capitalisation (Vanguard 4e actionnaire), en Espagne avec Telefonoca première capitalisation ( Vanguard 3e actionnaire), au Japon avec Toyota ( Vanguard 5e actionnaire), en Corée du Sud avec Samsung ( Vanguard 5e actionnaire), en Australie avec BHP groupe première capitalisation boursière ( Vanguard 1er actionnaire, Blackrock 3e).

Quel que soit le pays, quel que soit le secteur d'activités les Big Three sont presque toujours présents dans l'actionnariat des grandes entreprises.

Peut-on encore parler de concurrence quand dans un même secteur les actionnaires de référence sont les mêmes ? Cette nouvelle hégémonie soulève de nombreuses questions sur la concurrence et la gouvernance des entreprises.


Dans une note de 2016 intitulée Benefits of Competition and Indicators of Market Power la Maison Blanche s'inquiète du risque de concentration dans le secteur. C'est pourtant l'administration Obama qui avait confié en 2009 à Blackrock le soin de tester les critères de robustesse des banques s'octroyant le temps de la crise de 2008 les prérogatives de l'autorité de contrôle du secteur bancaire. En nommant Adewale Adeyemo, l’ancien chef de cabinet du PDG de BlackRock au poste de secrétaire adjoint au Trésor, Joe Biden s'est attiré les foudres de ceux qui denoncent depuis des années la collusion entre Washington et Wall Street. En 2014 la BCE sollicitera à son tour l'aide de Blackrock pour procéder à une évaluation complète du système bancaire européen, en 2020 c'est la commission européenne qui confiera à BlackRock un mandat pour l’aider à appliquer les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance dans l’activité des banques. Si ces pratiques sont réglementées et sécurisées, avec notamment la mise en place Chinese Wall qui permettent de prémunir de tout conflit d'initié, certaines voix s'elèvent pour dénoncer l'entrisme de ces fonds jusqu'aux cœur des Etats. Mais surtout certains experts se demandent si désormais les gestionnaires de méga-fonds ne devraient pas être considérés comme des institutions financières d'importance systémique. Car que se passerait-il si le système déraillait, que les cours se mettaient subitement à chuter ? Nous en avons eu un bref aperçu lors du crash éclair de 2010. Quels que soient les raisons d'un tel scénario : ordre de vente massif mal exécuté, ou tout simplement de “panic selling”.... les conséquences seraient sans commune mesure avec les crises précédentes. Ces fonds n'étant pas adossés à des banques et ne disposant pas de suffisamment de fonds propre seraient dans l'incapacité de sauver le système.

Depuis la chute de la banque Lehman Brothers causée par une "prise de risque excessive" plus personne ne s'aventure à parler de "Too big to fail".


Enfin, si vous vous posez la question de savoir à qui appartiennent ces nouveaux Maitres du Jeu sachez que Blackrock est une société cotée en bourse détenue par une multitude de sociétés d'investissements. Vanguard s'est construit sur un modèle différent. La société -non cotée - est détenue est par ses fonds, eux-mêmes détenus par de richissimes investisseurs qui sont en bout de course les véritables propriétaires de Vanguard. Chose surprenante - ou pas - le premier actionnaire de BlackRock n'est autre que Vanguard. Dans les jeux de logique, les joueurs allient l'observation à la déduction. Il ne vous en faudra pas plus pour comprendre qui sont les richissimes investisseurs qui détiennent Vanguard et qui est le véritable fond le plus puissant du monde.


-------------------------------------


Source : BlackRock dépasse les 7.800 milliards de dollars d'encours | Les Echos

Ces Financiers qui Dirigent le Monde – BlackRock, Arte, 06 Octobre 2020. https://youtu.be/voSty1nfU-Q

BlackRock, Vanguard dominate ETF landscape | Pensions & Investments (pionline.com)

Hidden power of the Big Three? Passive index funds, re-concentration of corporate ownership, and new financial risk† | Business and Politics | Cambridge Core

EuroNext / Zone Bourse

Ces Financiers qui Dirigent le Monde - BlackRock- Arte : Ces Financiers qui Dirigent le Monde - BlackRock- Arte -


Posts récents

Voir tout