Russie-Chine, nouvelle donne internationale



Après le bannissement des médias Russia Today (RT)et Sputnik de l'UE; la fermeture de l’espace aérien européen aux avions russes, la probable exclusion de certaines banques russes du réseau financier Swift ; le gel des avoirs de la Banque centrale russe, exclusion de la Russie du mondial du Qatar... Le fonds souverain norvégien - le plus important au monde avec ses 1153,5 milliards d'euros d'actifs - annonce vouloir céder ses actifs russes. Le géant britannique du pétrole BP a annoncé dimanche, son retrait du capital de son partenaire russe Rosneft, dont il détient 19,75 %. Enfin le pavillon russe au Mobile World Congress (MWC) à Barcelone a tout simplement été annulé.


Au-delà de savoir si les sanctions vont trop loin ou pas assez loin, je vous invite à lire le très bon livre "The Economic Weapon" de Nicholas Mulder qui s'est plongé dans l'histoire des sanctions et qui nous explique qu’elles n'ont jamais vraiment fonctionné hormis pour l’Afrique du Sud. Les sanctions infligées à la Russie en 2014 suite de l'annexion de la Crimée ont eu des effets limités, elles n’ont pas fragilisé Vladimir Poutine pas plus qu’elles n’ont empêché le déclenchement d’une offensive en Ukraine. Plus loin de nous celles infligées au régime Iranien ont largement appauvri les populations locales mais n’ont pas permis de chasser du pouvoir le régime des Mollahs. Même constat avec l’embargo économique commercial et financier infligé à Cuba par les États-Unis en 1962 qui s’est soldé par un échec. Si les sanctions ont un effet à court et moyen terme, on voit que le rouble russe a chuté de près de 30%, le seront-elles à long terme? rien n’est moins sûr.


En attendant le géant Gazprom vient d'annoncer la signature d’un gigantesque contrat avec le géant pétrolier chinois CPNC avec la construction d'un nouveau pipeline - Power of Siberia 2 - qui fournira jusqu'à 50 milliards de mètres cubes par an à Pékin. Cet accord intervient au moment la Chine lève toutes les restrictions sur les importations de blé en provenance de Russie en promettant d’acheter tout le blé russe que l’Occident n’achèterait pas. Les liens entre la Chine et le Russie se resserrent encore un peu plus, les deux pays travaillent également sur la mise en place d’un système de paiement international alternatif. Russes et chinois souhaitent fusionner les systèmes interbancaires internationaux SPFS et CIPS pour ainsi se libérer de l’emprise du dollar. Le SPFS est l'équivalent russe de SWIFT qui a été développé par la Banque centrale de Russie en 2014 suite aux menaces des occidentaux de déconnecter la Russie du système SWIFT. L'Inde étudie de son côté la mise en place d’un mécanisme de paiement en roupies pour commercer avec la Russie et atténuer ainsi les sanctions.


L’accord entre Gazprom et CNPC était sans doute - lui aussi - dans les cartons depuis un long moment... Enfin la Russie a accéléré ces dernières années la dédollarisation de son économie au profit du yuan et de l'or. Ça fait donc huit ans que la Russie anticipe ces sanctions en revanche il n'est pas certain que les occidentaux aient anticipé cette nouvelle alliance entre Xi jinping et Vladimir Poutine...


Posts récents

Voir tout